Les Limbes du passé

 

La pâleur de ses yeux s'estompe dans le soir

Ebauche d'un sourire en forme de prière

Lumière du regard consumée dans le noir

 

Les parfums du passé se perdent dans le soir

Au chant de l'acacia et des hymnes lunaires

Souffles évanouis dans le vertige noir

 

Ô terres embrumées disparues dans le soir

Steppes de l'infini au dur éclat solaire

Emportées à jamais derrière un voile noir

 

Ô jeunesse égarée endormie dans le soir

Ses rêves éblouis et ses vives chimères

En allés sans retour dans le mystère noir

 

Sombre soir de misère

Ombre du désespoir

(mars 2014)

retour au sommaire