(Mykonos, île des Cyclades)
 

Naïade face au flot dans l'harmonie de l'aube, elle est danse légère au rêve de la mer.

Mélodie d'un oulos, clapotis de la grève. Elan vers l'horizon et l'inconnu du jour.

 

Poussière du passé enfouie dans sa mémoire,

Sable obscur et profond, linceul de ses tourments,

Rivages oubliés des amours illusoires,

Vous n'êtes que regrets et sombres châtiments.

 

Toi, korê de lumière, couronnée d'olivier, parfumée de lavande, inquiète et passionnée,

trouveras-tu enfin la sereine allégresse...

 

Île bleue. Azur incandescent. Vague pure.

Tambourin et cithare, arias de paradis,

Plages illuminées au parfum d'aventure,

Eros éblouissant à l'heure de midi.

 

Emmène-la, jeune dauphin, loin dans la mer, au grand soleil.

 janvier 2018

* oulos, c'est la double flûte

 retour au sommaire