Les pensées se confondent: la terre natale perdue, la femme aimée disparue, 
la Mère fondatrice, la langue maternelle qu'on oublie... 
La poésie peut-elle témoigner de cette confusion par la confusion des mots?

 

Terre souffrante

Soleil enfui

Pleur de la nuit

Ton cri me hante

 

Parole ardente

Un regard luit

Un chant séduit

Chair enivrante

 

Lumière errante

Espoir enfoui

Rêve évanoui

Fleur lancinante

 

Gémis, passé perdu aux limbes de la mort

Pleure, pays lointain que la mémoire endort

Chante, fille fugace aux matins éphémères

Danse, gazelle obscure aux steppes de chimère

 

Terre souffrante

Ton cri me hante.

 

retour au sommaire