1

Je suis l'oiseau volage

Au jeune chant flûté,

Rêvant de liberté,

Prisonnier dans sa cage.

 

2

Grands rires enfantins :

S'en vont vives fillettes

Chercher douce amourette

Dans la joie du matin.

 

3

A l'heure de midi,

Monte le cri solaire

Du genre humain maudit

En quête de lumière.

 

4

Au souvenir de toi,

J'ai le cœur qui bastonne

Et mon âme frissonne

Aux rêves d'autrefois.

 

5

Arcanes de la nuit,

Délivrez-la des songes,

Des leurres, des mensonges

De son amour enfui.

 

6

Au chant du rossignol,

Les affres de la nuit

Reprennent leur envol

Vers le rêve qui luit.

 

7

L'aile du papillon

S'en va vers la lumière,

Libérée, ô prière,

Du venin des scorpions.

 

8

Les fleurs du Golestan

Ont embaumé la plaine,

Parfums d'Afghanistan,

Douleurs et amours vaines.

 

9

Brûlure du désert

Sur la peau ruisselante,

Stigmates de l'enfer,

Ô vie étincelante !

 

10

Tes lèvres libertines

Appellent l'amour vif,

Les rêveries mutines,

Le bonheur fugitif.

 

11

Quand vient l'orée du soir,

Les parfums de la terre

Libèrent leurs mystères,

Et répandent l'espoir.

 

12

L'eau fraîche de la mer

Inonde ton visage,

Laissant sur le rivage

Les souvenirs amers.

 

13

Le libre enfant des mers

Vogue vers l'horizon

Découvrir l'univers

Et l'heur du grand frisson.

 

14

Les cuivres de Mahler

Illuminent la nuit,

Les cordes de Schubert

Chantent les jours enfuis.

 

15

Un soir de belle lune,

Quand brille au loin la mer,

Chante mon infortune

Aux souvenirs d'hier.

 

16

(27 mai 1944, bombardement de Marseille par l'aviation américaine)

C'était un mois de mai,

Marseille sous les bombes

Pleurait sur mille tombes

Aux cris de liberté !

(Chacun sait que mai a toujours rimé avec liberté)

 

17

Lesbos, île de soleil et de volupté

Dans l'harmonie marine et l'amour exalté.

Espoir des affligés dans leur cruelle errance,

Lesbos, terre de lumière et de liberté.

 

18

Racines énigmatiques

Des non-dits de la douleur,

Elan vers un ciel mythique:

Mon bel amandier en fleur.

 

19

Fils ardent de la steppe à cheval dans la nuit,

Sous l'œil froid de la lune il va l'âme tremblante

Au loin dans le passé chercher l'aube naissante,

Au jour mystérieux des vieux secrets enfuis.

 

20

 

Tu es lumière de l'été,

Horizon clair, brise subtile,

Vague marine, élan gracile,

Voile légère et liberté !

 

21

 

Tu es lumière du désert,

Galope au vent d'éternité

Dans la brûlure de l'été,

Fille du sable au rire clair.

 

22

 

Tu es lumière de ma nuit

Dans l'inquiétude des étoiles,

Du ténébreux secret du Voile*

Et du chaos des jours enfuis.

 

* le Voile qui, dans la mythologie persane, nous sépare du monde réel, de la Vérité.

 

 

23

 

Tu es lumière de la terre,

Champ de blé mûr ou de lavande,

A l'univers, gracieuse offrande,

Soleil ardent, troublant mystère.

 

 

24

 

Bondis, ibex ensoleillé,

De roc en roc, prince des cimes,

Libre, sauvage, émerveillé,

De l'Hindou Kouch, maître sublime.

* ibex, chèvre géante sauvage des hautes montagnes 
d'Asie centrale, d'Afghanistan en particulier.
 

25

 

Danse, gazelle sous la lune,

Dans le silence nilotique;

Libre arabesque sur la dune,

Tu es lumière prophétique.

 

26

 

Vole, aigle ébloui de lumière,

Altier par-delà les nuages,

Libre, maître des aubes claires,

Chercheur d'impossibles mirages.

 

27

 

Va, dauphin de la mer salée,

Sous les lumières du cosmos;

Libre dans la nuit constellée,

Tu es vainqueur de Thanatos.

 

28

 

Chante, fillette illuminée,

Dans l'insouciance de l'été,

Libre, rêveuse, passionnée:

Promesse de félicité.

 

 

retour au sommaire